Le SDI depuis sa création en 1991

Fondé en 1991 pour défendre les intérêts de la distribution indépendante et garantir notamment le maintien de la pluralité des entreprises et de la diversité culturelle de l’offre de films dans les salles de cinéma, le SDI est un acteur majeur à la source de nettes améliorations dans plusieurs domaines :

  • Majoration des aides dont bénéficient les distributeurs en France, de 3,8 M€ (25 MF) en 1991 à 38 M€ en 2014
  • Hausse de plus de 20 M€ des aides automatiques à la distribution depuis 20 ans ; disparition du seuil d’investissement minimum (800.000 F. [122.000 €] de frais d’édition par film) d’accès au soutien automatique à la distribution, qui excluait la plupart des entreprises indépendantes
  • Hausse des aides sélectives du CNC : triplement de l’enveloppe financière depuis 1998 (env. 2,7 M€), à près de 5 M€ en 2003 et 9 M€ en 2014
  • Mise en place, à l’initiative du B.L.O.C., de l’« aide Canal + à la distribution », qui permet aux sociétés indépendantes de bénéficier depuis 1999, selon les années, de 4 à 5 M€ de contribution annuelle ; le SDI participe activement à la négociation en cours pour déterminer le régime qui s'appliquera à la période 2015-2019
  • Le SDI fut la seule organisation de distributeurs à combattre sans relâche depuis leur lancement les cartes d’abonnement illimité, aux côtés de la plupart des autres organisations professionnelles représentant les indépendants : aujourd’hui, un cadre réglementaire a été obtenu et garantit une remontée de recettes minimum pour le distributeur et une rémunération satisfaisante pour les salles indépendantes, qui restent le marché privilégié de notre secteur
  • Contribution au Rapport Goudineau et obtention d’une ouverture du soutien financier automatique
    • aux films aidés dans le cadre du Fonds Sud
    • aux films bénéficiant d’une aide directe
    • aux programmes de courts-métrages
  • Défense permanente des aides délivrées aux cinématographies peu diffusées : obtention de l’autorisation de cumul de cette aide avec l’aide sélective aux programmes du CNC ; "sauvetage" de cette aide, avec l'appui du CNC, à l'occasion du retrait brutal de la dotation du Ministère des affaires étrangères en 2009
  • Rationalisation et regroupement des procédures d’aide du CNC aux films du patrimoine ; le SDI fut le seul syndicat de distributeurs associé à cette réforme ; après un an de fonctionnement, il intervint pour obtenir l’amélioration de la procédure ainsi que la création d’une « aide au programme », à l’instar de l’aide sélective à la distribution, qui est opérationnelle depuis l’été 2003
  • Membre depuis 1998 du B.L.O.C., qui regroupe tous les secteurs de la filière de création cinématographique et au sein duquel le SDI représente la distribution, rejoint depuis 2007 par le syndicat DIRE
  • Signature avec le BLOC et l’ARP d’une Charte avec France Télévisions affirmant pour la première fois de la part de chaînes hertziennes la légitimité de la contribution des télévisions en clair à un fonds mutualisé en faveur de la distribution
  • Contribution active aux négociations ayant permis l'adoption en 2010 d'une loi plus favorable à la distribution indépendante pour la participation au financement des équipements numériques de projection des salles de cinéma ; participation au Comité de concertation pour la diffusion numérique en salles, chargé d'édicter des "Recommandations de bonne pratique" dans ce domaine

FILMS DE NOS ADHERENTS